BLOG

ROCKFEST 2016 : Première expérience concluante d’une initiée

Rockfest

Collaboratrice : Geneviève Côté

Pour la première fois ce weekend, j’ai pris part au Rockfest de Montebello qui en était à sa 11e édition cette année. Tout d’abord, je dois avouer avoir acheté mes billets emportée par une certaine nostalgie ; Blink-182, Sum 41 et Billy Talent se partageaient une grande partie de l’espace disponible sur mon petit mp3 quand j’avais 14-15 ans. Aujourd’hui, j’aime toujours ce genre de musique, sans toutefois en écouter tous les jours.

Ceci étant dis, je ne savais pas tout à fait dans quoi je m’embarquais en enfilant la 148, direction Montebello. J’étais même un peu nerveuse à l’idée de me retrouver coincée dans un mush pit ou tout simplement, de ne pas me sentir à ma place. J’ai fait part de mes craintes à un ami qui se rend à ce festival depuis ses tout débuts, et voici ce qu’il m’a répondu : «le Rockfest Geneviève, c’est be and let be». Il avait raison. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, aucune agressivité dans l’air. Tout le monde est de bonne humeur et respectent les gens autour d’eux. Une chance, considérant que Montebello est 200 fois plus populeuse qu’à son habitude lors de cet événement.

Effectivement, le village de Montebello se transforme le temps d’un weekend. Kiosques de bouffe de rue, d’objets promotionnels et même de tatoueurs et de barbiers sont installés partout sur la rue Notre-Dame. Et quand je dis partout, je parle même des résidents, qui sortent leurs barbecues et montent des tentes sur leur terrains!

Pour ce qui est de la foule, on trouve de tout. Mohawks colorés, crânes rasés, maillots de bain cloutés, bracelets de cuirs et tatouages sont évidement très présent, ainsi que quelques costumes farfelus (tranches de bacon, bananes, Spiderman et éléphant rose pour n’en nommer que quelques-uns). J’ai aussi pu constater que le Rock n’a pas d’âge. De nombreux enfants accompagnés de leurs parents, adolescents entre amis, et plusieurs personnes qui ont possiblement connus les débuts de Metallica se côtoyaient dans la foule de près de 200 000 personnes. Ils sont tous venu pour la même raison, soit partager leur amour du ROCK!

Et du ROCK, tout le monde en a eu pour son argent. J’ai pour ma part pu assister aux concerts de The Used, SUM 41, Billy Talent, Vulgaires Machins, Blink-182, Bob Bissonnette, A Day to Remember, Limp Bizkit, Bring Me the Horizon et Rise Against sur les scènes principales du festival, ainsi qu’aux prestations des Chiens Sales et de Yelo Molo sur la terrasse des Brasseurs de Montebello (excellente bière soit dit-en passant). Mis à part les 2 derniers listés, qui étaient pratiquement des shows privés tellement nous étions proche des artistes, mes meilleurs moments auront définitivement été Billy Talent, véritable bête de scène, Vulgaires Machins, qui n’avaient pas performé depuis 3 ans jour pour jour et dont la prestation était électrique, ainsi que Bring Me the Horizon dont la musique et le light show étaient complètement survoltés! Au total, c’est une centaine de bands qui ont défilés sur les scènes du Rockfest, au grand plaisir des adeptes de ce type de musique.

Y retournerais-je l’an prochain me demanderez-vous? Si le line up est aussi intéressant qu’il l’était cette année, fort probable. Une chose est sure : il s’agit d’une expérience à vivre si on aime sortir de notre zone de confort, faire de nouvelles rencontres pour le moins surprenantes, et bien sur… le ROCK!

 

Geneviève Côté